Partagez | .
 

 [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Z'ai un scoop !
Féminin

♣ Messages : 704
♣ Âge : 19


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Z'ai un scoop !
MessageSujet: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Jeu 31 Oct - 10:01

[Extra] Chroniques des Vents Obscurs.

• Y a pas vraiment de chapitres o/


~ Chroniques des Vents Obscurs est mon projet principal autour du même background que mon projet annexe, Vents Obscurs
~ Cependant, ce ce topic, vous ne trouverez qu'un extra et je tiens à le préciser. On va dire que c'est un avant-goût ^^
~ Cet extra est en cours, je le continue dès que j'ai du temps libre, en cours par exemple x) /sors/

Infos supplémentaires sur l'extra.

• Cet extra sera sans doute repris dans mon projet en tant que flash-back. C'est donc un souvenir, plutôt important de l'un des personnages principaux. Bon, cet extra sera peut-être retravaillé d'ici son intégration dans le vrai texte mais ça vous donne déjà une idée x)
• Ce souvenir se passe seize ans avant le début de l'histoire donc le contexte n'est pas encore en place (c'est clair qu'il n'est encore comme celui des Vents Obscurs).
• Y a p'têtre des choses que vous comprendrez pas, alors n'hésitez pas à poser des questions. Y a de fortes chances pour que je réponde, hormis si c'est du gros spoiler sur l'histoire xD



Music ♪:
 


Tiranis « T'es suicidaire ? - Seulement le matin. »


(c) Code by Deutsch'
Revenir en haut Aller en bas
« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
Féminin

♣ Messages : 8767
♣ Âge : 19
♣ Localisation : Ahah xD


Voir le profil de l'utilisateur http://lifediscussion-fow.forumgratuit.org
avatar

« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Jeu 31 Oct - 10:40

Tu nous fais de ces trucs toi 8D






Beau (:
 
Revenir en haut Aller en bas
Z'ai un scoop !
Féminin

♣ Messages : 704
♣ Âge : 19


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Z'ai un scoop !
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Jeu 31 Oct - 14:26

Ba quoi xD
Allez, bonne lecture :D
Et je tiens à préciser une nouvelle fois que c'est en cours xD Quoique, comme c'est un flash-back qui apparaît dans un rêve, il peut s'arrêter n'importe quand. Et essayez de trouver qui se rappelle de ce souvenir (:



Extra.



L'aube n'était toujours pas levée lorsque la porte s'ouvrit en silence. L'homme qui se tenait dans l'entrée était quelque peu étrange, il fallait se l'avouer ; son attitude l'était aussi, et révélait même une certaine hésitation. Des cheveux noirs, légèrement bouclés, ornaient son visage pâle et cachaient ses yeux, qui, malgré les mèches corbeau, étaient d'un bleu cristallin. Entièrement vêtu de jais, bien qu'agrémenté de rouge foncé, presque rouge sang, on aurait pu croire qu'il s'agissait là de sa couleur de prédilection. Seule sa longue écharpe blanche nouée autour de son cou prétendait le contraire. Néanmoins, ainsi habillé, le tout donnait l'impression que les ténèbres l'entouraient, tel leur messager venu tout droit des mondes obscurs. De plus, cette idée était renforcée par la nuit noire qui régnait dehors. Par ailleurs, la lune était absente du beau milieu de la voûte céleste, et les étoiles jouaient à cache-cache avec les nuages orageux, qui assombrissaient davantage cette soirée. Sortir à un tel moment serait pure folie, et entraînerait une malédiction des Esprits ; hormis  pour les quelques rares qui subsistaient et qui priaient l'Esprit Nocturne. Etait-ce le cas de cet individu, planté là, sur le pas de la porte ? Nul ne saurait le dire ; bien que sa tenue pouvait le suggérer. Cependant, à moins de lui demander, personne ne saurait la réponse.

Les minutes filaient, s'échappaient, disparaissaient dans le silence tandis qu'il restait là, toujours debout dans l'entrée, trahissant son hésitation, sa crainte également. Il redoutait le moment où il sortirait, où il apparaîtrait en face de lui. Il se torturait l'esprit pour essayer de savoir, de deviner comment il réagirait pour pouvoir s'adapter mais, en vain. Aucune solution ne lui venait. Il n'arrivait pas à se mettre à la place du petit. Depuis voilà sept mois il s'occupait de lui mais le courant ne passait pas. Ces derniers jours ils avaient réussi à échanger quelques mots mais rien de plus.  Le gosse, cinq ans révolus, se méfiait constamment de lui. A cause de cela, il n'osait l'approcher, ce pourquoi il restait planté là, sur le pas de la porte. Il hésitait à rentrer et au final il ne bougeait point. Il se contentait de réfléchir, même si le froid hivernal essayait de l'en empêcher La neige était tombée drue la veille et elle recouvrait le sol d'un blanc manteau immaculé, haut d'au moins trente centimètres. Quelques flocons venaient toujours s'écraser à terre, et aussi contre lui, doucement. Une brise soufflait, faisant bruisser les branches des arbres alentours. L'atmosphère avec un petit quelque chose d'étrange, peut-être de magique ou de féerique. Ce calme ambiant était aussi un peu inquiétant car une telle chose était si rare par ces temps d'affrontements entre les deux pays. Les deux nations se combattaient avec des coups fourrés, embuscades et guet-apens ; et chacun niait les faits. Au bout du compte, le résultat était le même. La Mort régnait, des blessés agonisaient de-ci, de-là, et des enfants se retrouvaient seuls, erraient dans les rues, abandonnés à eux-même, sans plus aucune famille, celle-ci prise par la Mort, et pour la plupart, sans aucun espoir de survie. Le petit dont il s'occupait faisait partie de ces enfants-là, à quelques points près. Il soupira en repensant à toutes ces choses. Cela l'exaspérait au plus haut point. Les humains étaient-ils si incompétents, tellement obnubilés par le pouvoir qu'ils en oubliaient certaines choses des plus essentielles ? Il ferma les yeux, comme pour ne plus voir ces horreurs. Pouvait-il seulement espérer une amélioration du comportement des humains ? Non, bien sûr que non, car tant que subsisterait l'espoir ; cet espoir de vaincre, d'obtenir le pouvoir, ou autre ; les hommes se perdraient de leur voie. Mais qu'est-ce vraiment, espérer, pour eux ? Pour lui, la question ne se posait même plus. C'était juste se perdre en chemin ; et sans doute, arpenter celui du désespoir. Et les autres Esprits regardaient la scène tel un spectacle et s'en foutaient complètement.

Des pleurs vinrent briser cette sérénité qui lui permettait de se reposer. Le petit s'était réveillé. Cela lui arrivait fréquemment, mais ce n'était souvent que de légers cauchemars, sans grande importance. Il se levait, marchait un peu, buvait un peu d'eau, et se recouchait. Il ne demandait jamais de réconfort auprès de son « tuteur », s'il pouvait s'appeler ainsi. Mais pas cette fois. Cette soirée hivernale était différente des autres qui l'avaient précédée, même s'il ne saurait dire pourquoi. Cette impression s'affirma lorsque l'enfant sortit de sa chambre et avança droit vers lui, doucement, lentement, titubant un peu. D'un blond presque platine, ses fines mèches étaient toutes ébouriffées mais son visage restait dégagé, comme toujours, grâce au bandeau rouge qu'il portait sur le haut de son front. Ses yeux, dont la couleur oscillait entre le bleu et le vert, brillaient de larmes qui roulaient ensuite sur ses petites joues. Il n'avait même pas pris le temps de fermer son kimono blanc et rouge, si bien que son torse fragile était visible. Il ralentit son allure, hésitant, lorsqu'il arriva à proximité de son « tuteur », mais continua et se blottit ensuite contre lui. Les larmes mouillèrent sa tenue mais il ne dit rien, et se contenta de poser ses mains sur les épaules du petit.

Ils restèrent un long moment ainsi ; le silence en avait profité pour s'installer entre eux deux mais il était constamment rompu par les reniflements du petit qui pleurait toujours. Son rêve avait dû être des plus violents pour qu'il réagisse de cette manière, et que, surtout, il vienne de lui-même vers son « tuteur ». Mais de quoi avait-il rêvé ? Tel était sa question, mais l'enfant ne pipait mot et il ne savait que faire, n'ayant pas prévu une situation pareille. Il était un peu désemparé. Il essayait bien de dire quelque chose mais il n'y arrivait point. Il n'osait pas ; de peur de briser ce moment. Puis, sans qu'il eut besoin de prononcer la moindre lettre, la moindre syllabe, une petite voix sanglotante s'éleva :

« Dja-... Djaël...

Djaël. C'était la première fois que le petit prononçait son nom en sept mois. Cela le fit d'ailleurs sourire légèrement. Peut-être qu'il surmontait enfin le fait de ne plus être avec ses parents. Peut-être. Dehors, il commençait à neiger plus fort. Le froid s'intensifiait aussi. D'un geste doux, il indiqua à l'enfant de rentrer ; et sitôt à l'intérieur, il referma la porte. Puis, il s'accroupit pour être à sa hauteur, juste en face de ses yeux humides et rouges que le blondinet s'efforçait de sécher avec le revers de sa manche, et lui répondit doucement :

- Ajira.

Il fit une pause, cherchant ses mots avec soin. Il ne voulait pas brusquer le petit, seulement l'aider. Cependant, cela s'annonçait compliqué, d'autant plus que le blondinet ne lui parlait presque jamais et était plus du genre à se méfier de quoi que se soit et de ne se confier à personne. Il était très réservé, et son tuteur en payant les frais.      

-Tu peux tout me dire, Ajira. N'importe quoi. Ce que tu veux. Tu n'as pas à avoir peur de moi. Je veux juste t'aider.

Il renifla un coup, essuya les larmes qui roulaient sur ses joues, et plongea sons regard dans celui de Djaël. Je veux juste t'aider. Tss. Le blondinet pensait sûrement le contraire, car, d'une certaine manière, il l'avait « arraché » à sa famille ; mais uniquement dans le but de le sauver. Cependant, comment le lui expliquer, sans lui annoncer brutalement la mort de ses parents ? C'était juste impossible. Il ne pouvait pas le faire. Il soupira.

Le silence avait repris sa place, seul s'entendait le vent qui soufflait dehors. Une horde de flocons s'écrasait contre les fenêtres, et le manteau blanc devait sûrement gagner en hauteur. Bientôt, la porte d'entrée serait bloquée et tous deux seraient coincés à l'intérieur, à moins qu'ils ne sortent par le toit. N'ayant aucune réponse, il s'apprêtait à reprendre lorsqu'une question retentit :

-... Pourquoi ?

Les larmes affluaient à nouveau aux yeux d'Ajira mais il s'efforçait de les contenir. Quant à sa question, elle le laissait perplexe. Pourquoi quoi ? Que voulait-in donc savoir ? Cependant, sans détails supplémentaires, il ne pouvait répondre. Il pouvait bien essayer de deviner mais il n'avait aucune envie de se planter. Il préféra demander des détails, toujours d'une voix douce et amicale :

- Pourquoi quoi, Ajira ? Qu'est-ce que tu veux savoir ?

Le blondinet manqua d'éclater en pleurs, sans doute pensait-il à la raison de sa question. Il commençait à redouter le pire. Il ne manquerait plus que le petit ait vu la mort de ses parents, malgré les précautions qu'il avait prises, et qu'il se pose des questions dessus. Si tel était le cas, jamais il ne se pardonnerait d'avoir eu un tel moment d'inattention. Jamais il ne le pourrait. Avoir laissé passer, laissé faire une telle chose était impensable, impossible. Cela le hanterait jusqu'à la fin, si puisse-t-elle exister. Puis, Ajira reprit, plus calme :

- Pourquoi ils...

Il se stoppa, essaya de retenir ses pleurs. Et continua :

- Il y avait... du sang, partout... Et le cri... le cri... la hache... avec ce type qui la tenait...

Il avait les yeux perdus dans le vague, son esprit dans son rêve. Il repensait à ce cauchemar qui semblait si réaliste et qui l'avait terrifié, au point qu'il aille le voir lui, son tuteur. Sa voix se perdait aussi, sûrement à cause des émotions. Et Djaël, lui, commençait à se haïr profondément, et se giflait intérieurement. Il avait bel et bien eu un moment d'inattention. Rah ! comment avait-il pu..! Au final, la faute venait de lui, depuis le début, depuis l'unification... S'il n'avait pas agi, à l'époque, jamais cela ne serait arrivé ! Tout était de sa faute... Sa faute ! Jamais il n'aurait cru culpabiliser autant concernant ses actes. Mais tout cela, il ne l'avait réalisé que dans un seul but, celui de...

- Djaël ?

Il leva les yeux et regarda le blondinet. Celui-ci ne pleurait plus, bien que ses yeux soient toujours rouges, et l'observait d'un air intrigué. Il comprit vite pourquoi. Plongé dans ses pensées, il avait frappé le mur du poing sous le coup de la colère qu'il s'adressait à lui-même. La haine qu'il se destinait l'emportait sur le reste et il avait besoin de l'évacuer. Il respira un grand coup pour tenter de s'apaiser, ne serait-ce qu'un peu. Cela ne marchait guère mais au moins ne frappait-il plus le mur. Il soupira. Il allait devoir répondre au petit mais l'envie le fuyait. Il ne voulait pas lui dire la vérité ; il voulait préserver  
son innocence du conflit, de cette dure réalité. Il voulait le conserver de toute cela, de la logique absurdes des humains, de leur cruauté inutile, de leur jugement aveugle et de leur rancune ineffaçable. D'ailleurs, une haine, une rancœur demeurait toujours, raison pour laquelle il ne voulait rien révéler au petit, car celui-ci en était, d'après leur logique absurde, au centre. Même cent trente-sept ans après, la populace les haïssait encore. Elle haïssait encore l'ancienne famille royale, les De Lioner, qui fut éjectée du trône, puis bannie, et poursuivie pour tous les éliminer, les exécuter, les exterminer, et cela demeurait toujours. Tout ce qu'avait entrepris cette famille fut détruit, tout ce qui se rapportait à elle aussi, ou interdit. L'Esprit Nocturne qu'ils vénéraient, Dänhélor, avait été déchu et son culte proscrit. Il l'avait banni. Cette haine, toujours autant vivace, était sans cesse alimentée par le fait que les De Lioner existaient encore, qu'il y ait des descendants, et donc un hériter qui pourrait tenter de récupérer le trône. Cet héritier était recherché sans relâche et d'ors et déjà condamné à mort. Voilà la posture dans laquelle se trouvait le blondinet, de son nom complet Ajira de Lioner. L'unique survivant de cette famille et il fallait q'il vive. Telle était la mission qu'il s'était assigné : protéger le petit. Il était le prochain. Il était le dernier, le seul espoir d'une réunification, mais aussi un danger pour les deux pays qui cherchaient à tout prix à l'éliminer. Rien qu'un seul enfant de cinq ans réussissait à effrayer deux gouvernements.  



Music ♪:
 


Tiranis « T'es suicidaire ? - Seulement le matin. »


(c) Code by Deutsch'
Revenir en haut Aller en bas
« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
Féminin

♣ Messages : 8767
♣ Âge : 19
♣ Localisation : Ahah xD


Voir le profil de l'utilisateur http://lifediscussion-fow.forumgratuit.org
avatar

« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Ven 1 Nov - 18:16

Kaya trop bien *_* Par contre j'en sais rien ça fait longtemps que j'ai lu l'autre me souviens plus trop je vais le relire demain XD






Beau (:
 
Revenir en haut Aller en bas
Z'ai un scoop !
Féminin

♣ Messages : 704
♣ Âge : 19


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Z'ai un scoop !
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Sam 2 Nov - 9:16

Merci ^^
Ah mais Alou, ce texte n'a rien à voir avec l'autre niveau personnage, histoire x) Leur seul point commun c'est le background.
Quand je demande lequel des personnages se souvient, c'est dans ce texte-ci x)


Music ♪:
 


Tiranis « T'es suicidaire ? - Seulement le matin. »


(c) Code by Deutsch'
Revenir en haut Aller en bas
« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
Féminin

♣ Messages : 8767
♣ Âge : 19
♣ Localisation : Ahah xD


Voir le profil de l'utilisateur http://lifediscussion-fow.forumgratuit.org
avatar

« Fais de ta Pensée la Réalité et fais de ta Vie un Rêve. »
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Sam 2 Nov - 10:46

Ahhh 8D Ok j'suis à l'Ouest XD






Beau (:
 
Revenir en haut Aller en bas
Z'ai un scoop !
Féminin

♣ Messages : 704
♣ Âge : 19


Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Z'ai un scoop !
MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   Sam 2 Nov - 11:54

On avait pas remarqué xD /pan/

Alors, t'as trouvé ? 8D

Et sinon, y a des notions que t'as pas comprises ?


Music ♪:
 


Tiranis « T'es suicidaire ? - Seulement le matin. »


(c) Code by Deutsch'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Extra] Chroniques des Vents Obscurs [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Image de mue, c'est extra
» 1er cours d'education!!
» Cours d'initiation à l'équitation en amazone dans le 31
» Demi-pension pas chère + cours d'équitation gratuits !
» 900 litres Amazonien (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIFE DISCUSSION :: Ecriture :: • ♣ Winter is coming ♣-